F1 - Ricciardo, vainqueur le coeur léger



Il restera incontestablement la révélation de la saison 2014. Vainqueur à trois reprises, Daniel Ricciardo est le seul pilote du plateau à avoir rompu la domination de Mercedes. Remplaçant de Mark Webber chez Red Bull Racing, il est parvenu à faire oublier son prédécesseur et compatriote en malmenant Sebastian Vettel.

Troisième du championnat, régulièrement devant le quadruple champion du monde en course, Ricciardo ne s'y attendait pas. Et pourtant, il a effectué ce qu'il qualifie lui-même « d'énorme pas en avant ». 2015 sera l'année de la confirmation, dans une équipe où il peut s'imposer en leader naturel alors que le jeune russe Daniil Kvyat –une saison dans les pattes- le rejoindra.

Lire la suite de F1 - Ricciardo, vainqueur le coeur léger

F1 - Ecclestone attendait plus de Vettel et d'Alonso



Tout au long de ces dernières années, Bernie Ecclestone n'a jamais caché son soutien et son affection pour Sebastian Vettel. Après quatre titres mondiaux consécutifs, le pilote allemand a vécu une saison 2014 vierge de toute victoire, durant laquelle il a également été dominé par son nouveau coéquipier Daniel Ricciardo.

Pour Ecclestone, l'attitude de Vettel a été surprenante au fil des mois. Le grand argentier de la Formule 1 a eu la sensation de voir chaque week-end un pilote qui partait battu d'avance, ce qui ne correspond pas au caractère jusque-là affiché par le quadruple champion du monde.

"Je suis un super supporter de Sebastian, mais je suis un peu déçu par son attitude, qui selon moi a changé", explique Ecclestone dans la préface de la rétrospective officielle 2014. "Il agit comme un garçon défait, et il ne l'est pas, ce n'est pas sa mentalité. C'est un gars compétitif. Il n'aime pas perdre au backgammon. Malheureusement, quand il joue avec moi, c'est le cas."

Lire la suite de F1 - Ecclestone attendait plus de Vettel et d'Alonso

F1 - Une vue unique du garage Red Bull Racing à 360°



Un garage d'équipe F1 est une ruche durant n'importe quelle séance, mais en dépit du nombre de personnes évoluant dans cet espace réduit, une impression de grande organisation et sérénité réside presque toujours.

Mécaniciens, ingénieurs, pilote de réserve, analystes : tous connaissent sur le bout des doigts leur place, leur moment d'intervention, et leur fonction, tandis que les pilotes communiquent par radio avec le muret des stands avant de s'élancer en piste pour appliquer le programme ou aller chercher un chrono.

L'application d'une routine est cruciale pour l'organisation interne d'un team, et c'est la raison pour laquelle semble régner un calme plat dans le box Red Bull Racing sur l'impressionnant tour d'immersion à 360° que vous propose le team.

Dirigez-vous dans une direction ou une autre et zoommez en scrollant ou à l'aide des commandes sous l'image en suivant ce lien!

Lire la suite de F1 - Une vue unique du garage Red Bull Racing à 360°

Red Bull - Il y a une vie après Sebastian Vettel



Estimant que le timing était le bon pour que Vettel quitte Red Bull et prenne la direction de la Scuderia Ferrari, Helmut Marko, conseiller Red Bull, n'est pas amer vis-à-vis de celui qui a gravi tous les échelons de sa carrière en sport auto grâce au vendeur de boissons énergisantes.

L'homme a suffisamment de bouteille pour connaitre l'attrait que peut représenter Maranello pour un pilote F1, et sait également que pour un Quadruple Champion du Monde, les aspirations financières ou de hiérarchie au sein d'un team ne peuvent parfois pas être satisfaites lorsque la politique maison est de maintenir un niveau technique exceptionnel du côté du matériel, pour compenser un salaire moins important qu'ailleurs -où l'équipement n'est pas forcément gagnant-.

« Je ne m'en suis pas décroché la mâchoire ! », plaisante Marko, se remémorant pour le site officiel de la F1 le moment lors duquel Vettel a annoncé son intention de partir. « Je lui ai dit : « dis-moi », et il l'a fait. C'était un fait, et ce fut noté. Il n'y a pas de mauvaises vibrations, mais nous ferons tout pour le battre l'an prochain » !

Lire la suite de Red Bull - Il y a une vie après Sebastian Vettel

F1 - Vettel quitte le nid Red Bull



Dans une interview accordée au site officiel de la F1, Helmut Marko, Conseiller Red Bull, revient sur les circonstances du départ de Sebastian Vettel de l'équipe l'ayant fait Quadruple Champion du Monde.

Chahuté cette saison par une monoplace ne répondant exceptionnellement pas à ses attentes, et par la montée en puissance d'un équipier gênant en la personne de Daniel Ricciardo, Vettel a également de tous temps gardé Ferrari à l'œil, fasciné par l'aura du team italien. Marko confirme que les choses se sont passées très vite dans les coulisses, mais que quelques signes avant-coureurs avaient laissé penser au team qu'une page se tournait avec Vettel.

« Je pense que la première suspicion suggérant que quelque chose se mijotait fut après le break estival », décrit-il. « Je ne peux pas citer un moment particulier, mais il s'agissait d'un fort sentiment intestinal ! Souvenez-vous : au moins deux choses s'étaient mises en place. Il n'était pas uniquement question de l'intention de Sebastian de partir, mais également que Fernando dégage le chemin. Plus Alonso s'est distancé de Ferrari, plus il est devenu possible que Sebastian fasse le mouvement ».

Lire la suite de F1 - Vettel quitte le nid Red Bull

Alain Prost, la mission d'un ambassadeur Renault



Aujourd'hui ambassadeur Renault et co-manager du team e.DAMS en Formule E, Alain Prost suit de très près l'univers F1 et se réjouit de constater que les efforts du Losange pour rattraper son retard sur Mercedes-Benz au niveau de l'unité de puissance vont se traduire par une concentration plus importante des ressources françaises sur Red Bull Racing. Les liens avec l'équipe de Milton Keynes vont se faire de plus en plus ténus pour favoriser l'intégration du bloc de Viry-Châtillon, comme dans les équipes d'usine que seront Mercedes et Ferrari, ou chez McLaren, qui disposera d'une relation exclusive avec Honda en 2015.

Mais avant de conseiller la marque sportivement, Prost a bien entendu été l'un des meilleurs représentants de la Régie lorsqu'il était lui-même au volant.

"S'il fallait en choisir un [meilleur moment avec Renault], je retiendrais celui qui m'a amené le plus loin. Il ne s'agit donc pas d'une victoire, mais de ma première saison en Formule Renault, en 1976. C'est en effet grâce à la filière et à l'école de pilotage que je suis devenu pilote, car je n'étais pas spécialement programmé pour cela, plutôt motivé par le football. Cette année-là, j'ai gagné 12 courses sur 13, mais c'est surtout ce qui m'a fait connaître et ce qui m'a donné confiance. Depuis, je vis une belle histoire avec Renault, en près de 40 ans nous avons fait beaucoup de choses ensemble."

Lire la suite de Alain Prost, la mission d'un ambassadeur Renault

Red Bull sans rien à perdre aux USA



Le Grand Prix des Etats-Unis est un évènement important pour Red Bull, pour qui l'Amérique du Nord est l'un des marchés les plus importants.

Le team autrichien est pour l'heure invaincu à Austin dans l'exercice des qualifications, Sebastian Vettel ayant signé la pole position en 2012 et en 2013. L'Allemand s'est également imposé l'an dernier sur le Circuit des Amériques, mais cette année, c'est clairement en position de challenger que se présente le Quadruple Champion du Monde, qui serait déjà heureux avec une arrivée sur le podium.

"Austin est un circuit fun, où l'on a un réel goût du style de vie texan et des traditions; et où l'on pilote sur un super tracé", sourie Vettel, qui n'a plus que trois GP à disputer avec Red Bull avant de partir vers de nouveaux horizons.

Lire la suite de Red Bull sans rien à perdre aux USA

F1 - Sainz Jr miroite le dernier volant Toro Rosso



Carlos Sainz Junior, fils du célèbre champion du monde des rallyes, a mené avec brio la mission qui lui avait été confiée par Red Bull : remporter le titre Formule Renault 3.5 2014, pour pouvoir envisager le pas suivant dans sa carrière.

Certainement le plus médiatisé des jeunes hommes faisant partie du programme junior Red Bull depuis de longs mois, Sainz a cependant été successivement dépassé pour une place en F1 par Daniil Kvyat puis Max Verstappen, respectivement issus du GP3 et de la F3 EuroSeries. Avec un titre majeur en monoplace comme Jean-Eric Vergne et Daniel Ricciardo avant lui, Sainz a désormais coché les cases nécessaires pour convaincre le Taureau Rouge que le moment de l'ascension vers la F1 est venu. Un volant demeure à attribuer chez Toro Rosso, et l'Espagnol ne pense qu'à celui-ci. Le Champion 3.5 de l'an dernier, Kevin Magnussen, a lui aussi prouvé faire l'affaire chez McLaren.

Lire la suite de F1 - Sainz Jr miroite le dernier volant Toro Rosso

F1 - Red Bull déterminé à reprendre Mercedes en 2015



Il y a deux semaines, Mercedes s'assurait du titre mondial des constructeurs à Sotchi, grâce à un neuvième doublé cette saison. Le constructeur allemand, sacré pour la première fois de son histoire en Formule 1, succède à Red Bull Racing, qui dominait le plateau depuis quatre ans. L'équipe autrichienne s'est avouée vaincue avec fair-play, mais elle est restée la principale opposition de choix face à la nouvelle hégémonie de Mercedes.

Avant de laisser filer sa couronne, l'équipe de Milton Keynes avait pu anticiper une année difficile. "Nous avons eu un petit peu de temps pour nous y préparer, depuis février en réalité", concède Christian Horner. "Très honnêtement, Mercedes a fait le meilleur travail cette année et tout cela est motivant." Le team principal de Red Bull fait allusion aux difficultés terribles rencontrées par son équipe lors des essais hivernaux.

Lire la suite de F1 - Red Bull déterminé à reprendre Mercedes en 2015

Ferrari F1 - Vettel peut-il briller là où Alonso a échoué?



Willi Weber, le célèbre manager des frères Schumacher et de Nico Hülkenberg, et surnommé Monsieur 20%, se demande si Sebastian Vettel a les épaules assez solides pour faire face à toute la pression politique et la passion populaire et médiatique entourant la Scuderia Ferrari.

Si l'officialisation de l'arrivée de Vettel au sein de la Scuderia, l'an prochain, n'a pas été confirmée par l'une ou l'autre des parties, Red Bull a bien annoncé officiellement le départ de celui-ci et glissé en off que la destination de son poulain était Maranello.

Lire la suite de Ferrari F1 - Vettel peut-il briller là où Alonso a échoué?

Page suivante

Les galeries du moment

Land Rover Discovery Sport (2015)
Saroléa SP7 Electric Superbike
Mercedes-Benz GLE Coupé
Essai Mercedes-Benz Classe S Coupé 500 4Matic
Qoros 3 City SUV
Mercedes-Maybach Classe S
Essai nouvelle Smart Fortwo 2015 (Barcelona)
Honda Legend V (2015)
Arrinera Hussarya 33 (Bielsko Biala)
BMW X5 M et X6 M (Los Angeles Auto Show 2014)
Fiat FCC4 Concept
Volkswagen Tristar Concept