Transactions France/Allemagne : les transports en bonne place


La valeur cumulée des cinq premières transactions réalisées par des acheteurs français sur des cibles allemandes s'élève à 1,1 milliards d'euros, contre 1,05 milliards d'euros pour les cinq premières transactions dans le sens inverse.Les entreprises françaises concentrent leurs investissements dans les régions attractives de l'Allemagne - Rhénanie-Westphalie, Bavière, Bade-Wurtemberg – dans les secteurs suivants : l'industrie, avec l'aéronautique et la défense, l'automobile, mais aussi le transport logistique. Elles augmentent également leurs investissements dans le secteur IT, notamment avec l'achat de Siemens IT Solutions par Atos.

L'intérêt des entreprises françaises pour ces secteurs traditionnels devrait se confirmer dans les prochains mois. Il s'agit pour elles de valeurs sûres : en investissant, elles recherchent la qualité et le savoir-faire allemands. L'automobile et la fourniture dans le domaine des transports urbains et solutions logistiques (poids lourds, etc) demeurent des valeurs sûres de la collaboration financière franco-allemande.

Sur le même sujet