Les radars, quel chantier !


Même si les prévisions font état de seulement 22 exemplaires sur nos routes en 2013, c'est peut-être le radar dont il faudra le plus se méfier cette année. Il s'agit bien évidemment du radar de chantier, qui comme son nom l'indique aura pour mission de verbaliser les usagers ne respectant pas les limitations temporaires de vitesse dans les zones de travaux.

Si, en circulant entre les camions et les pelleteuses, vous apercevez une remorque sur laquelle se dresse un petit mât, prenez garde. Il s'agit peut-être d'un radar de chantier, l'une des nombreuses armes dont disposent les pouvoirs publics pour faire lever le pied aux automobilistes. Et il sera facile de se faire avoir à ce petit jeu, puisque s'il est difficile de dépasser la vitesse maximale sur un chantier lorsque la circulation et l'activité y sont denses, ça l'est beaucoup moins lorsque l'on roule seul et de nuit, par exemple.

Ce nouveau venu, au contraire de beaucoup d'autres types de radars, paraît cependant justifié puisque les zones de chantier sont réputées très accidentogènes, tant pour les usagers les traversant que pour les ouvriers y travaillant. Enfin, il faut savoir qu'un radar de chantier n'est rien d'autre qu'un radar mobile, et qu'un outil d'aide à la conduite communautaire suffit à ne pas tomber dans ce nouveau piège.

Sur le même sujet