L'échec des radars de feu rouge


A son apparition, l'idée des contrôles automatisés aux feux rouges faisait l'unanimité. Mais quelques années et 700 radars plus tard, force est de constater que l'effet produit fut bien différent de celui attendu. Ces radars de feu rouge, qui sont analogues à ceux surveillant les passages à niveau, sont ainsi fortement remis en question.

Au fil de leur installation et après quelques mois de fonctionnement, certains élus se sont étonnés de constater que ces radars, présentés comme le meilleur moyen de lutter contre les franchissements de feux rouges, causaient un grand nombre de chocs arrière, parfois même très graves pour les occupants. Ainsi, un ancien membre de l'Observatoire National de la Sécurité Routière déclarait que "la baisse des accidents latéraux est compensée par la hausse des chocs arrières". Le bénéfice du système est donc plus que contestable.

Ces collisions seraient dues au fait qu'un feu tricolore équipé d'un radar ne reste que trois secondes à l'orange, contre cinq sur un feu classique, ce qui encourage les automobilistes à piler à l'approche des feux pour ne pas risquer de passer au rouge. C'est ainsi que beaucoup de véhicules, en freinant brutalement, sont heurtés par celui qui les suit. Devant ce fiasco, l'État devrait lever le pied en 2013 sur ces contrôles de feux rouges, sans jeu de mot...

Sur le même sujet

Les galeries du moment

Essai Mercedes-Benz Classe S Coupé 500 4Matic
Qoros 3 City SUV
Mercedes-Maybach Classe S
Essai nouvelle Smart Fortwo 2015 (Barcelona)
Honda Legend V (2015)
Arrinera Hussarya 33 (Bielsko Biala)
BMW X5 M et X6 M (Los Angeles Auto Show 2014)
Fiat FCC4 Concept
Volkswagen Tristar Concept
Ferrari F60 America
Smart Fortwo et Forfour by Olivier Delforge (Berlin)
Maserati Ghibli Ermenegildo Zegna Edition