L'industrie du luxe toujours florissante en temps de crise (1/4)


Le segment du super-luxe a encore de beaux jours devant lui dans l'industrie automobile. Rolls-Royce s'attend en effet à enregistrer une année record en 2012, en dépit de la morosité du contexte économique ayant touché de plein fouet l'immense majorité des acteurs du milieu.

Toute personne ayant ouvert un journal, allumé la télévision ou lu sur la toile cette année ne peut ignorer que le contexte économique européen a été des plus difficiles cette année, particulièrement dans le secteur automobile. La très faible croissance aux Etats-Unis et en Chine, ainsi que les faibles ventes japonaises, notamment dues aux relations tendues avec le géant chinois, ont contribué à faire de 2012 une année moins en verve que d'ordinaire.

Avec des volumes de production limités, le secteur du luxe ne craint cependant pas la crise. « Tout n'est pas si terrible », confirme Müller Ötvös, à la tête de Rolls-Royce, qui peut se satisfaire de chiffres encourageants au Moyen-Orient, au Japon, à Singapour, à Hong-Kong ou encore en Russie.

Rolls Royce ne peut cependant pas tout se permettre, et le rationnel doit tout de même guider les choix stratégiques actuels. Ainsi, le SUV Rolls-Royce ne demeurera pour l'heure qu'une utopie. La clé du succès réside en effet dans le fait de se concentrer sur un domaine bien maîtrisé : les limousines ultra haut-de-gamme, et rien d'autre.

Sur le même sujet