La pérennisation des sites : l'enjeu majeur du gouvernement


C'est l'une des conditions posée par le ministre du redressement productif, Arnaud Montebourg: la pérennisation des sites de production est un enjeu résolutoire du plan d'aide aux entreprises en difficultés. Renault s'est engagé à respecter ce principe (notamment en refuser de mettre en place un plan social en France), contrairement à Peugeot qui n'adhère toujours pas à l'idée et qui préfère éviter le sujet.

Le maintien de l'emploi en France par les constructeurs doit être pour le gouvernement synonyme d'un gage de bonne foi et de confiance en vue du plan d'aide.

Mais le gouvernement peut-il vraiment contraindre une entreprise à ne pas baisser le rideau? Les délocalisations massives auxquelles le secteur automobile semble s'être fait une spécialité, peut-il chercher son salut sur le territoire national? Ou doit-il répondre à une logique économique de réduction des coûts de production?

Ainsi, François Hollande a reconnu que la fermeture de l'usine d'Aulnay était inéluctable; de ce point de vue, il apparaît très net que le gouvernement n'est pas armé pour aller à l'encontre des grands mouvements de mondialisation.

La filière automobile soulève bon nombre d'interrogations, et les pouvoirs publics devront au-delà des choix économiques auxquels ils devront faire face, se livrer tout de même à une réflexion idéologique sans précédent pour un gouvernement socialiste. Peut- être se renier pour mieux marcher.

Sur le même sujet

Les galeries du moment

Fiat 500
Volvo XC90
Renault Sport R.S.01
F1 - Le duel Mercedes Hamilton/Rosberg
Ferrari 250 GTO Berlinetta (1962) - Bonhams Auction Monterey
Dodge Charger SRT Hellcat
Cadillac Escalade Platinum Edition 2015
Dodge Charger Pursuit 2015
Mercedes-Benz Classe S 600 Guard
Land Rover Discovery Sport
Nissan Note Nismo et Nismo S
Nouvelles Smart Fortwo et Forfour (2015)