Le Brésil, nouvel eldorado du marché (1/3)


Si l'image que vous vous faites du Brésil se cantonne à la chanson « Girl from Ipanema » entendue dans tous les halls d'hôtel ou ascenseurs, il est possible qu'il soit temps pour vous de retourner faire un petit tour en Amérique du Sud, du côté de l'une des plus belles plages au monde. Car Rio de Janeiro et Sao Paolo, qui revêtiront une importance majeure sur la scène médiatique mondiale ces prochaines années avec la Coupe du Monde de football et les Jeux Olympiques, deviennent également les spots de l'industrie automobile sud-américaine...toujours sur fond de bossa nova !
Récemment, le Salon de Sao Paolo a permis de prendre la température et de se rendre compte de l'importante évolution du marché local ces dernières années. Il y a 15 ans, la plupart des véhicules proposés sur le marché étaient de vétustes autos recyclées, n'ayant pas fonctionné sur leur marché-cible d'origine. Dépourvus d'options, basiques, ils envahirent les routes par leur simplicité à un coût de production des plus faibles ; Ford, Volkswagen et General Motors, notamment, illustraient particulièrement le peu d'efforts réalisés en direction du Brésil par la pauvreté de l'offre.

Mais aujourd'hui, les automobilistes brésiliens sont dans les petits papiers des départements marketing et des stratèges des marques. Le Salon de Sao Paolo, en octobre, a permis aux acheteurs locaux et au reste du monde d'admirer une grande variété de nouveaux modèles, dont certains spécifiquement pensés pour la nation ensoleillée, où de gros investissements sont réalisés. La Ford Fiesta berline en est un exemple. De façon significatrice, le modèle atteindra les concessions brésiliennes avant même de poser les roues aux Etats-Unis.

Sur le même sujet