Bilan F1 2012 - Vettel, dominateur en son propre team


Dans l'adversité, Vettel a commis moins d'erreurs que dans le passé, sous pression. Cela faisait un moment que l'on attendait de voir comment réagirait l'enfant gâté de la F1 dans un monoplace pas totalement dominatrice.

Mais le classement de Red Bull au général est toujours là pour rappeler que Vettel a tout de même bénéficié de la force de frappe dont ni Alonso, ni Räikkönen, ses poursuivants au championnat, n'ont bénéficié.
C'est également au moment où Vettel trouva de l'éclat que son coéquipier Webber, solide candidat au titre en début de saison, vit sa saison partir en vrille. L'Australien, qui semblait tenir le rythme et le mental pour rivaliser face à Vettel en première moitié de saison, vit ses espoirs s'écrouler progressivement, rentrant dans son habituel combinaison de N°2 cependant pas si dévoué à son jeune leader.

Auteur de deux victoires à Monaco et en Grande-Bretagne, Webber manqua cependant de la régularité si cruciale au fil de la saison pour venir se mêler à la bagarre en fin de saison. Avec 100 points de retard sur Vettel en fin de saison alors qu'il abordait la Grande-Bretagne avec une avant de 16 unités, l'Australien a de quoi être amer...

Sur le même sujet

Les galeries du moment

Land Rover Discovery Sport (2015)
Saroléa SP7 Electric Superbike
Mercedes-Benz GLE Coupé
Essai Mercedes-Benz Classe S Coupé 500 4Matic
Qoros 3 City SUV
Mercedes-Maybach Classe S
Essai nouvelle Smart Fortwo 2015 (Barcelona)
Honda Legend V (2015)
Arrinera Hussarya 33 (Bielsko Biala)
BMW X5 M et X6 M (Los Angeles Auto Show 2014)
Fiat FCC4 Concept
Volkswagen Tristar Concept